Association Landhelven

Landhelven, association organisatrice de jeux de rôles grandeur nature en Midi-Pyrénées, Aquitaine et Languedoc-Rousillon.
 
AccueilPortailSite webFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Encyclopédie Long-Tchi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asryelle
Maître de Jeu
Maître de Jeu
avatar

Nombre de messages : 1471
Age : 28
Localisation : Hennebont
Date d'inscription : 10/06/2009

MessageSujet: Encyclopédie Long-Tchi   Dim 28 Juil - 20:06

Voici l'encyclopédie des Long-Tchi !

La voici sous sa forme brute afin de vous en faire bénéficier au plus vite ; et d'ici quelques temps, elle rejoindra les autres sous forme de livre.


Long-tchi


Coup critique / méditation / lecture

A l’Est de l’Empire nocturien, au beau milieu de l’archipel Tchi, vivent ces puissants combattants qu’aucun peuple n’a jamais réussi à envahir : les Long-tchi. Ils adoptent une idéologie fondée sur la possession spirituelle et non matérielle, ce qui fait d’eux des pacifistes, tant qu’ils ne se sentent pas menacés. Leur façon singulière de se vêtir et de se protéger révèle leur appartenance au peuple des Long-tchi. Ils sont cependant mal vus pour leur athéisme, même si certains d’entre eux vénèrent Iminère.

Histoire

Origine de l’exode

Au commencement, il y avait les cinq frères, Orien, Valérior, Morianor, Séhum et Loïna-ki. Cette dernière était la plus jeune. Lorsqu'Orien se convertit à Nocturia, une dispute éclata. Les jumeaux Valérior et Morianor partirent pour Euréus, tandis que Séhum fut envoyé en exil à Daël. Ne restait que la jeune sœur et son frère bien-aimé. La folie de l’aîné, renforcée par sa paranoïa, fit qu’il considérait qu’aucune femme n’était digne de lui donner un héritier. Ne restait que sa sœur. Il tenta donc de la violer.

De là, la douce et naïve Loïna-ki devint haineuse envers la gente masculine, son seul et unique point de repère étant son frère incestueux.

Orien lui confia un garde du corps, de peur que quelque chose n’arrive à sa « bien-aimée ». Ce fut le seul homme en qui elle eut confiance par la suite. Elle lui expliqua ses craintes. Selon elle, son frère la ferait tuer une fois leur progéniture née. C’est la raison pour laquelle elle s’arrangea pour provoquer fausse couche sur fausse couche, pour retarder l’échéance fatale. De là est née la tradition des treize enfants de la matriarche, en mémoire de son sacrifice. Craignant pour la vie de celle qu’il protégeait, le garde du corps arracha Loïna-ki à ce supplice. Il l’emporta dans les archipels de Tchi.

La naissance du peuple Long-tchi

Les résidents des archipels étaient alors des Raks et s’organisaient en clans tribaux. Belliqueux envers les nouveaux arrivants, dans un premier temps le contact fut difficile. Cependant, le garde du corps avait deux avantages par rapport à eux : un entraînement redoutablement efficace d’abord, puis l’acier. Les Raks usaient de fer, de bronze et d’os. L’acier était bien plus résistant. Il passa rapidement pour un guerrier invincible… voire un envoyé des dieux.

Tandis que lui représentait la force brute, Loïna-ki incarnait sans nul doute l’esprit, vif et perspicace. Elle rallia à sa cause un petit clan, usant de ruse et tromperie, se faisant passer pour une figure légendaire. Le garde du corps, fort de son savoir de forgeron, leur enseigna le maniement de l’acier.

Ainsi équipé, ce clan fut en mesure de s’imposer auprès des autres, de par sa supériorité militaire. Équipés d’armures faites de bambous et d’acier, et armés de leurs nouvelles lames, ils écrasaient quiconque se mettait en travers de leur chemin.

A mesure que certains servaient d’exemple, écrasés par leur ennemi ainsi vêtu, d’autres venaient rejoindre leur cause. Le temps passant, Loïna-ki se fit dépasser par cette nouvelle force. Dans la paume de sa main, elle tenait une puissance capable de prendre le continent. Tchi s'était transformée en véritable industrie du métal et de la guerre, si bien que le peu de ressources que contenaient les archipels fut vite épuisé.

Afin d’endiguer la crise naissante, il fallut mettre au point une doctrine. Loïna-ki, reprenant ses esprits, se rendit vite compte que leur suprématie sur les archipels ne leur permettrait pas de tenir face aux Uniens. En effet, ces derniers maîtrisaient l’acier depuis bien plus longtemps qu’eux. L’utilisation de l’acier devint donc strictement règlementée. Une interdiction formelle d’en faire usage, et une transmission de savoir uniquement de maître à élève fut mise en place. Chaque personne souhaitant en faire usage se devait d’en connaitre les tenants et aboutissants. Ils devaient également apprendre à respecter la matière, et la nature qui l’avait produite.
De la même manière, le respect de l’ennemi devint un principe de base : ne tuer qu’en dernier recours.
Une production quasi-industrielle s’était changée en un principe de respect de la nature et de la vie.

Les premières personnes à inculquer ces préceptes, des forgerons, se firent appeler Long-tchi.

Tous n’acceptèrent pas ces principes, voyant cela comme une manière de centraliser et contrôler le pouvoir. Ils rejetèrent donc la doctrine et retournèrent à leur ancienne existence. Les Long-tchi les chassèrent. Ils furent contraints de se réfugier en mer de Chen Shou, devenant ce qui serait par la suite les pirates des archipels. Aujourd’hui encore, ils sont le pire fléau que les Long-tchi aient à gérer.

Une fois débarrassée de ses derniers dissidents, forte de la nouvelle société mise en place, Loïna-ki devint la première Matriarche.

Le peuple Long-tchi était né.

Organisation et place de la politique dans la société

Les Long-tchi sont une société matriarcale. Une fois la matriarche choisie, dans les premières années de sa vie, elle se doit d’avoir treize filles. Elle-même est l’ainée des filles de la précédente matriarche. Les treize filles ne sont pas forcément les siennes, ses sœurs pouvant procréer également pour que le nombre soit atteint. Malgré tout, toutes les filles seront considérées comme celle de la Matriarche. Les garçons enfantés se verront placés à des postes-clefs, mais n’auront le droit de revendiquer leur appartenance. Pour la plupart, ils ignorent même leurs origines.
Une fois le treizième enfant venu au monde, l’ancienne Matriarche cède la place à la nouvelle. Généralement, pour que la passation de pouvoir se fasse le plus naturellement possible, il est de coutume que l’ainée des filles commence à enfanter lorsque la dirigeante en place commence à vieillir.
Il est arrivé, dans des cas exceptionnels, que les sœurs régissent à la place de la nouvelle Matriarche. Ceci, bien souvent, en cas de décès prématuré de la précédente. Elles se chargeaient donc de l’éducation de la jeune fille, prenant les décisions à sa place, tandis que la gestion militaire était confiée aux shoguns, seigneurs régents et conseillers, ceci durant jusqu’à ce que la jeune fille prenne sa place.

La Matriarche actuelle porte le nom de Shôraï no Musume, le nom des Musume étant celui que les Matriarche se transmettent de génération en génération depuis Loïna-ki.

La Matriarche n’étant pas omnisciente et les îles de l’archipel éparses, chacune est gérée par un shogun. Tenant le rôle de chef politique, général, et garant de la Doctrine, il est craint est respecté par ses pairs. Il est également considéré comme la voix de la Matriarche, ce qui fait de lui une personne dont l’autorité ne doit en aucun cas être contestée. Régulièrement, il est tenu de faire un rapport à la Matriarche, ou aux régentes le cas échéant.
Le titre de shogun se transmet au sein des familles, ce qui en fait un poste héréditaire. Ils sont formés dès leur plus jeune âge, recevant une éducation stricte : rodés aux arts de la guerre, de la politique, de l’économie, le tout baigné dans les principes de l’acier. Lorsqu’ils atteignent l’âge de raison, le shogun en poste laisse sa place à son héritier. En ce jour, il reçoit sa lame, ainsi que le nom de « no Meiji ».
Bien souvent, les prétendants à l’accouplement de la matriarche sont choisis parmi les shoguns les plus en vue, ce qui les pousse à briller et à gérer leurs iles du mieux qu’ils peuvent.
Ils sont les personnes les plus importantes après la Matriarche.

Place de la magie

La magie à proprement parler n’est pas très présente dans les archipels. En effet, leur doctrine et de leur philosophie étant basées sur quelque chose de totalement physique, l’acier, tout ce qui est immatériel n’a pas réellement de place. Néanmoins, certains tentent de pousser leur idéologie le plus loin possible et explorent des aspects jusqu’alors négligés.

Une des formes de magie tendant à percer est l’enchantement. Afin de pousser leur art à son paroxysme et en augmenter les capacités, certains Long-tchi enchantent leurs armes et armures. D’aucun viseraient à augmenter les caractéristiques pures, d’autres à rajouter des propriétés à la matière.
Une autre de forme de magie, moins courante celle-ci, est la magie d’altération. En effet, face à la crainte de pénurie de matière, les Long-tchi ont longtemps tenté de trouver un palliatif. Ils se sont donc tournés vers cette ancienne forme de magie, les lames spectrales. On raconte souvent qu’à une époque, certains combattants ont été vus avec des lames non matérielles. Mais où s’arrêtent les légendes et où commence la réalité ?

Toutes ces recherches et expérimentations se font le plus souvent dans les temples, loin des regards.

Place de la religion

Les Long-tchi sont relativement détachés par rapport à la religion. En effet, ils ne sont pas dévoués à un dieu. Néanmoins, on peut trouver, disséminés partout au sein de l’archipel, des Temples, le plus souvent servant à l’étude de la magie. On peut également en trouver dédiés à Iminère. Aujourd’hui, les Long-tchi ont fait évoluer leur doctrine, ne gardant que l’aspect traditionaliste. Nul besoin d’être forgeron pour avoir le droit de manipuler l’acier. Et Iminère, de par ses accointances avec la nature, est ce qui se rapprocherait le plus d’un dieu pouvant être vénéré par les Long-tchi.

Les principaux ordres militaires

Les Guerriers (Samouraïs): Protégés par leur redoutable armure de lattes faites de cuir ou de métal, ils se défendent par le biais d’un arsenal très sophistiqué : Katana, Naginata… Sur leurs bracelets sont gravés leur credo entier ainsi que les citations de leurs ancêtres.
Les Mages (Jinshiru) : Nombreux drapés de couleurs (toge), tatouages de symboles, boken de combat, crâne rasé.
Les Archers : Armés d’arc long, ils portent des armures de lattes de cuir avec le symbole de leur clan sur une pièce de tissu placé sur l’épaule par-dessus un kimono. Le nom de leur seigneur est gravé en Long-tchi sur leur bracelet de cuir.
Les Assassins : Vêtus uniquement du tissu. Dans le cas des armures de cuir, elles sont très proches du corps avec aucune pièce mobile, donc pas d’épaulières. La précision de leur combat s’illustre par le maniement des dagues et autres couteaux de lancer. Certains manient l’arbalète mais ceux-ci sont très rares. Leur visage est masqué par un foulard ou un masque.

Les Négociateurs sont d’anciens samouraïs au service de l’ancienne Matriarche Long-tchi. A la mort de celle-ci, les sœurs, conseil de femmes-régentes, décidèrent de nommer une nouvelle matriarche, comme le veut la coutume en cas de nécessité. Cette dernière devait être de lignée directe avec la fondatrice de la civilisation Long-tchi, Loïna-ki, comme il en est depuis le commencement. Hélas, la seule personne remplissant les conditions adéquates n’était âgée que de neuf années. Les Samouraïs durent prêter allégeance, mais certains refusèrent de servir la nouvelle matriarche, donnant pour raison qu’une enfant aussi peu expérimentée mènerait la nation Long-tchi à sa perte. Ils furent reconnus comme étant des traîtres, et durent s’exiler vers Nocturia. Ainsi ils furent également expulsés de l’ordre des samouraïs, leur interdisant d’adopter leur code sacré. Ils adoptèrent donc un nouveau code, reprenant celui de leurs ancêtres avec certaines variantes en rapport avec leur exil. Leur doctrine se résumerait donc à ne pas faire un choix par tradition mais par justice et raison. Le déshonneur est pour eux l’une des pires choses qui puissent leur arriver, mais le suicide n’est pas la solution à cet outrage. Ils prônent donc la renaissance spirituelle de chacun et le regain de l’honneur au cours de leur vie. Ils sont prêts à mourir pour une cause utile à leurs yeux, afin de se racheter. La notion d’équilibre de Nocturia les rassura et ils se mirent au service de l’Empereur sous le nom de « Négociateurs », de redoutables combattants chargés de faire régner l’ordre dans Nocturia. L’un d’eux se démarqua par son objectivité et son sens du commandement. Il portait le nom de Lee-setsu. Après la dernière guerre des Invisibles, ils furent mis au service du Duc Azgarel afin de l’aider dans le maintien de l’ordre du duché de Néodia, en proie à une guerre civile. Ils rétablirent la paix et continuèrent de servir leur nouveau maître.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ling Syaomay

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 28
Localisation : Par ci, Par là
Date d'inscription : 18/05/2010

MessageSujet: Re: Encyclopédie Long-Tchi   Jeu 15 Aoû - 13:38

Asryelle a écrit:
Une autre de forme de magie, moins courante celle-ci, est la magie d’altération. En effet, face à la crainte de pénurie de matière, les Long-tchi ont longtemps tenté de trouver un palliatif. Ils se sont donc tournés vers cette ancienne forme de magie, les lames spectrales. On raconte souvent qu’à une époque, certains combattants ont été vus avec des lames non matérielles. Mais où s’arrêtent les légendes et où commence la réalité ?
Je crois que ce paragraphe concerne Ling, mais ce n'est peut-être qu'une impression ? ^^
En tout cas, ça fait plaisir de voir l'encyclopédie des Long-Tchi !!!
Merci aux MJ !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Encyclopédie Long-Tchi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Un combat long....très long !!
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Association Landhelven :: La Genèse de Landhelven :: Actualités-
Sauter vers: